Marguerite est la personne avec laquelle je me déplace le plus lorsque je suis à Madagascar. Je l'ai rencontrée pour la première fois en 1999 lorsque j'étais avec Pierre et Jeanne Bérard pour le compte de l'Entraide de Mazamet.
Elle avait contribué à créer la petite école du VSMAM une dizaine d'années auparavant, école qui accueillait les enfants démunis du quartier d'Analamahitsy, banlieue nord d'Antananarivo pour leur apporter une assistance alimentaire et scolaire.
Nous sommes toujours restées en relation depuis. Diplômée en agriculture, elle va créer un potager pour améliorer la qualité de la cantine et en stabiliser le budget. Plus récemment elle se lance dans l'adduction d'eau potable pour des hameaux ou villages plus au nord. Elle y a été amenée par un ami qui, retourné au village de son enfance, cherchait à améliorer le sort de la population. L'accès à l'eau potable pouvait à juste titre être prioritaire, d'autant qu'ils connaissaient un ingénieur en hydraulique et un technicien en qui ils avaient toute confiance. Au total, en huit ans, ils auront réalisé 21 captages pour 12 réservoirs et 53 bornes-fontaines qui donnent de l'eau potable à presque 3000 habitants. Ceux-ci sont très impliqués dans les travaux. L'apport financier pour l'achat des matériaux vient d'associations françaises et depuis peu Carrousel.
Maintenant à la retraite, Marguerite est encore plus disponible. Elle se consacre à d'autres actions qui peuvent toucher les mêmes populations et se mener avec le soutien d'associations françaises : Les Enfants du Tiers-Monde (ETM) à Paris, Les Enfants avant tout (EAT) à Rennes, Amahoro à Rennes et Carrousel dans le Tarn.

Ce séjour, on le doit à l'invitation de Amahoro et EAT. Elle est invitée à témoigner de son expérience dans le cadre de la Semaine de la Solidarité internationale à Rennes. Voir l'article de Ouest_France.

J'ai retrouvé Ma à Paris à la fin de son séjour rennais et nous avons passé ensemble près de deux semaines : Paris, Toulouse, Mazamet. Les rencontres avec les amis associatifs sont des moments heureux qui contribuent à resserrer les liens et motiver les participants. A Toulouse, Ma participe au culte de la communauté protestante malgache, très active et nombreuse. A Mazamet, une petite réunion d’amis permet de partager les expériences de solidarité internationale. La veille du départ, grâce à Lucie, nous découvrons l’utilité d’un pèse-bagages : pour le pesage des poules qui prend un temps fastidieux. Le 14 décembre au soir, j’accompagne Ma à Roissy. Je sais que la reprise de ses activités ne va pas lui laisser de repos, d’autant que les fêtes de Noël approchent et que les enfants en seront les petits rois, avec chacun sa couronne. Joyeux Noël, Ma !
Réd. mis à jour 21/12/2015

Ma et Romul Article OF - copie 2